Sexart : l’art et le sexe au cours de l’histoire

L’art est une attitude d’introspection interne projetée sur une œuvre

Depuis toujours, la sexualité est un tabou qu’il est difficile d’aborder sur le plan verbal sans passer pour un pervers ou être associé à une personnalité intrusive. Ainsi, l’art a permis à certains génies d’exprimer leur être via une œuvre quelconque. Que ce soit Michel-Ange au cœur du Vatican dans la chapelle Sixtine, Botticelli et sa Naissance de Vénus, l’art est un bon prétexte pour parler de soi et de ses sensations internes concernant la sexualité.

plug géant Paris

L’œuvre, une sexualité à part entière

En elle-même, l’œuvre est une sexualité puisqu’elle vient prolonger l’individu pour parfois même le dépasser. La première œuvre d’art de l’histoire est la Vénus de Willendorf, petite statuette conçue il y a plus de 20 000 ans représentant une femme ronde et donc la maternité dans toute sa puissance symbolique. Pareillement, Gustav Klimt transforme la fonction du baiser pour la sublimer dans son tableau du même nom en le dorant et en le mettant en forme pour l’élever au pinacle des gestes sacrés.

La littérature : outil de verbalisation de la sexualité

Avant la sociologie, les études comportementales ou encore les outils statistiques, toutes les formes de sexualité se manifestent depuis longtemps dans l’art. Sade écrit Justine ou les malheurs de la vertu pour décrire son fantasme de domination et l’ambivalence entre l’inexistence de Dieu et le puritanisme de l’époque en matière de pratiques licencieuses.

Aujourd’hui c’est le Hentai qui revêt cette fonction de fantasme ne pouvant pas être réalisé concrètement dans la vie réelle. Il permet de mettre en abîme des sexualités anormales qui ne peuvent être pratiquées ou filmées dans un film porno classique. Que ce soit des pratiques sexuelles avec des monstres ou des relations d’incestes, le Hentai n’a pas de limite puisque son pouvoir d’illustration est illimité.

La mythologie, forme reptilienne de l’art moderne

Que ce soit dans la mythologie avec les mythes d’Oedipe ou du pêché originel, la sexualité a longtemps été abordé de manière symbolique dans l’histoire pour préserver l’humanité d’un rapport frontal à l’intime et au génital.

Le cinéma, le nouveau support de diffusion

Le cinéma est aujourd’hui la forme artistique la plus répandue pour parler de la sexualité. Les 50 nuances de Grey sont le symbole de cet avant-gardisme présent dans l’art depuis toujours. La femme refusant d’accepter le fait d’aimer être dominé, elle va apprécier l’œuvre qui mime sa position fantasmée de manière fictive plutôt que l’assumer dans le réel.

Le déni de certaines œuvres

Il semble acquis que la sexualité et notamment la parenté soit liée à la mort. À raison, l’homme se reproduit car il est solidement appuyé sur la persuasion qu’il va mourir. Le saumon qui n’est pas parvenu à se reproduire vivra plus longtemps que les autres, etc..

Ainsi, certains créateurs comme ceux de Disney préfèrent évacuer la question de la sexualité et donc de la mort en supprimant la notion de parentalité dans leurs œuvres. Disney et Donald ne vivent qu’en compagnie de leurs oncles et de leurs nièces pour éviter les associations de l’enfant qui pourrait nuire au succès de l’entreprise.

Toutes ces approches concernant l’art sexuel, sexart.fr propose de les aborder sous différents prismes et selon les époques.

About